C’est un fait, nous oublions la plupart des choses que nous apprenons. Même si oublier dépend de beaucoup de facteurs, un étudiant moyen oublie 90 % de ce qu’on lui a enseigné dans les 24 h qui suivent la leçon. C’est le côté décourageant de tout apprentissage. Nous savons que malgré nos efforts nous pouvons oublier rapidement la plupart des choses que nous avons apprises.

La courbe de l’oubli

courbe de l'oubli

Le psychologue allemand Hermann Ebbinghaus effectua, en 1885, une expérimentation. Il testa sa propre capacité à retenir une liste de syllabes sans signification particulière. Il établit ainsi une « courbe de l’oubli », de forme exponentielle, selon laquelle une heure après avoir appris une liste de sons, la moitié est déjà oubliée ; par la suite, le processus de perte devient plus lent.

Après une période relativement longue, le sujet peut encore se souvenir d’une partie des syllabes apprises.

L’oubli est une chose normale et nécessaire.

Après tout, la plupart des choses que nous mémorisons n’ont que peu d’importance, comme de savoir où nous avons posé notre téléphone portable ou nos clefs de voiture. Après un jour ou deux, le cerveau a besoin de supprimer toutes les informations superflues accumulées pour laisser la place à d’autres, plus importantes.

Le problème est ; admettons que vous vous rappelez 75 informations en un jour, le cerveau ne saura pas automatiquement quelles données vont être utiles à long terme.

Comment contrer la courbe de l’oubli ?

Des études montrent que si nous forçons un étudiant à se rappeler d’informations quelques heures ou quelques jours après la leçon, il aura plus de chance de retenir ces données à long terme.

C’est le principe : « utilise ça ou oublie ça ».

Avoir à apprendre puis à se rappeler d’informations peut-être quelque chose de très rébarbatif et difficile à appliquer pour un étudiant. Il devra emmagasiner tous les jours de nouvelles informations, puis réviser celles de la veille ou de l’avant veille. Plus les jours passeront, et plus l’amas d’informations à travailler ou à retravailler sera important jusqu’au jour où il n’y aura plus assez d’heures dans une journée pour assimiler toutes les données.

Voici la stratégie pour augmenter vos chances de rétention :

  • Sélection
  • Organisation
  • Planification

1/sélectionnez, l’apprenant doit tout d’abord choisir quelles informations sont les plus importantes. Définir 20 % des mots, dates et éléments clefs qui synthétisent et donnent accès à 80 % de la leçon à retenir,

2/organisez les données relevées et les mettre dans un ordre logique,

3/planifiez les périodes de révisions en fonction de la courbe de l’oubli. C’est ce qu’on appelle la révision par la répétition espacée.

La répétition espacée

 forgetting_curve

Pour éviter d’oublier les informations apprises, il convient de planifier des révisions.

  • 1 jour après le premier apprentissage des informations,
  • 3 jours après,
  • 7 jours après,
  • 25 jours après,
  • 4 mois après.

 

Les SRS (spaced repetition system)

anki

Anki est un logiciel libre permettant d’apprendre et de réviser des cartes-mémoires grâce à la répétition espacée. Basé sur la courbe de l’oubli d’Hermann Ebbinghaus, le logiciel présente à l’utilisateur des cartes-mémoires au moment où celui-ci est sur le point de les oublier. Il est utilisé à travers le monde par des étudiants et des autodidactes, notamment pour l’apprentissage des langues étrangères et des langages de programmation informatique. Il peut également être utilisé pour mémoriser des dates, des définitions…

Vous avez désormais tous les outils en main pour mieux retenir ce que vous apprenez.