Il y a énormément de mythes qui entourent le « Génie ».

Est-ce que ces mythes sont tous fondés ?

Je te propose de déconstruire les 3 mythes à propos des génies les plus persistants :

MYTHE N° 1 : LE GÉNIE EST UNE QUESTION DE GÉNÉTIQUE

En 1869, l’érudit anglais Francis Galton a publié le livre « Hereditary Genius » (le génie héréditaire).

Il y développa l’idée que le génie est transmis par les gènes.

Le livre est devenu très populaire.

Tellement que sa thèse principale est aujourd’hui gravée dans l’inconscient collectif.

Mais ce n’est pas tout à fait vrai.

Le « génie » ne se transmet pas par génétique comme les yeux bleus ou la calvitie.

La génétique joue bien un rôle dans le « génie », mais un rôle infime.

Les parents « Génies » n’enfantent pas forcément des enfants « Génies ».

D’autres facteurs jouent un rôle beaucoup plus important dans le « Génie ».

C’est le cas notamment du travail, de la pratique, de la persévérance, de l’attitude…

MYTHE N° 2 : LES GÉNIES SONT DOTÉS D’UNE INTELLIGENCE SUPÉRIEURE

Bon nombre de personnalités qu’on considère aujourd’hui comme des « génies » possédaient une intelligence et un QI moyen.

Par exemple, le grand physicien et prix Nobel Richard Feynman possédait un QI de 125.

Pas de quoi casser 3 pattes à un canard !

Le « Génie » n’est pas non plus nécessairement une question de connaissances ou d’éducation.

Par exemple, Einstein était réputé pour être un mauvais élève.

Le « Génie » d’Einstein ne repose pas sur ses connaissances accumulées, mais plutôt sur sa capacité à comprendre des phénomènes complexes.

MYTHE N° 3 : LE GÉNIE EST UNE QUESTION DE HASARD

Le « Génie » n’est pas forcément aléatoire.

Ce n’est pas non plus forcément une question de chance.

Des scientifiques ont analysé les lieux de naissance de plusieurs « Génies ».

Ils ont constaté qu’il y avait des « génies » partout.

Mais il semble y avoir des pics de « Génies.

Les génies n’apparaissent pas au hasard — un à Toulon, un autre à Saint-Pourçain-sur-Sioule — mais plutôt en regroupement.

Certains endroits et certains moments produisent une ribambelle d’esprits brillants et de génies.

Ces lieux sont tous différents, mais partagent certaines caractéristiques.

Par exemple, il s’agit presque à chaque fois de villes qui possèdent un certain degré de tolérance et d’ouverture à l’expérimentation.

C’était le cas d’Athènes durant l’antiquité ou de Florence durant la Renaissance et aujourd’hui de la Silicon Valley.

Cela pourrait s’expliquer par la densité de la population, la richesse des interactions sociales et l’attraction de ces lieux qui nourrissent la créativité.

Le “Génie” n’est donc pas qu’une question de génétique, d’intelligence et de hasard.

IL s’agit plutôt d’un choix délibéré de devenir un “Génie” ou de “briller” dans un domaine spécifique.

Je suis persuadé d’une chose.

Je pense que tout le monde peut devenir un génie.

Attention, je ne parle pas de devenir le nouveau Einstein ou Léonard de Vinci.

Je veux plutôt dire que chaque personne possède un potentiel qui lui est propre et a les capacités de devenir un « génie » à sa manière.

Tu peux accéder à la suite en cliquant ICI.