J’ai remarqué un truc parmi mon entourage qui m’a choqué.

J’ai remarqué que la plupart de mes ami(e)s d’enfance avaient arrêté d’apprendre le jour où ils avaient obtenu leurs diplômes.

Pour moi, c’est exactement l’inverse.

Je n’ai jamais autant appris que depuis que j’ai quitté l’université.

Aujourd’hui, on a une chance inouïe !

On a la chance de pouvoir apprendre tout et n’importe quoi de chez soi.

On a accès aux plus grandes universités en ligne.

On peut suivre des tutos YouTube et acquérir des compétences variées.

On peut acheter une liseuse et posséder l’équivalent du contenu de la bibliothèque d’Alexandrie dans un bout de plastique de 250 grammes.

On a la chance de pouvoir accéder à la connaissance, peu importe sa situation sociale, peu importe le poids de son porte-monnaie ou peu importe sa nationalité.

Pourtant, certaines personnes font encore le choix d’arrêter d’apprendre les diplômes en poche.

Ce n’est pas vraiment de leur faute.

C’est malheureusement bien souvent la mentalité qu’on nous inculque par défaut.

Le système éducatif actuel est fondé sur les besoins d’une autre époque.

Une époque où le but de l’éducation était de fournir des compétences ultraspécialisées pour répondre à un besoin précis du marché.

À cette époque, on pouvait se permettre d’arrêter d’apprendre une fois les diplômes en poche.

La pratique seule était bien souvent suffisante et permettait de devenir expert.

Ce n’est plus le cas.

Le numérique et l’intelligence artificielle sont en train de tout bouleverser.

Et ce n’est que le début.

Les professions ultraspécialisées dansent sur une corde fragile.

Il suffit de l’arrivée d’une nouvelle technologie pour chambouler les corps de métier d’une profession entière.

Il suffit d’une mise à jour de logiciel pour qu’une compétence ultraspécialisée devienne totalement obsolète.

Tout devient fragile, tout ne tient plus qu’à un fil.

À chaque révolution, c’est la même chose…

On observe 2 groupes de personnes :

Le premier groupe lutte corps et âmes pour empêcher un changement immuable.

Le second groupe accepte, s’adapte et surf sur la vague du changement.

La solution pour ne pas subir le 21e siècle est simple.

Il faut devenir indépendant au changement.

Ça veut dire pouvoir se mettre à jour constamment et accumuler des compétences multiples et variées.

Ça veut dire arrêter de miser toute sa carrière sur une seule et unique compétence.

Ça veut plutôt dire posséder des compétences multiples et variées.

C’est comme aux cartes…

On a beaucoup plus de chances de gagner si l’on ne mise pas tout sur une seule carte.

Pour surfer sur la vague du 21e siècle, il faut posséder des compétences multiples.

Pour ça, il faut commencer par devenir autonome dans ses apprentissages.

Il faut savoir comment apprendre tout, tout(e) seul(e).

La bonne nouvelle est que ce n’a jamais été aussi facile qu’aujourd’hui.

Toutes les connaissances sont là, derrière un écran… et elles n’attendent qu’une chose : être exploitées.

Cet article est tiré de mes « Emails Quotidiens » . Tu peux les recevoir gratuitement dans ta boîte mail chaque matin en cliquant ICI.