Je t’écris ce mail depuis la magnifique ville oubliée de Lviv dans l’ouest de l’Ukraine.

Je suis là, assis bien au chaud dans un café.

Mes doigts sont posés sur le clavier de mon MacBook, prêts à taper.

Mais il y a un problème…

Je n’ai pas d’idées…

Je lève les yeux de mon écran et regarde par la fenêtre à la recherche de l’inspiration.

J’observe une fille en train de promener son caniche.

Je suis du regard une Opel Astra…

Rien ne vient…

Quand soudain !

La serveuse dépose un café à côté de mon ordi.

Une idée me vient alors :

« L’anglais, c’est comme le café. »

Tu trouves ça surement un peu bizarre.

Tu te demandes peut-être même ce que j’ai fumé ce matin…

Tu n’as pas tort…

Mais laisse-moi t’expliquer.

Au début, bien souvent l’anglais nous est imposé.

On doit l’apprendre pour avoir le bac, puis pour avoir ses examens.

On essaie de nous le faire avaler à coup de règles grammaticales complexes et de listes de vocabulaire hasardeuses.

Pour certains d’entre nous, il devient rapidement quelque chose d’imbuvable.

Pourtant on le sait tous…

Maitriser l’anglais est devenu aujourd’hui quelque chose d’indispensable.

Le café, c’est la même chose.

Au début, c’est bien souvent la pression sociale qui nous le fait avaler.

On trouve ça amer et fort.

Mais on se rend compte qu’il peut être utile,

Surtout après une nuit d’insomnie.

L’anglais est lui aussi plus qu’utile.

C’est pourquoi malgré les mauvais souvenirs on est tenté d’y retourner.

On suit des cours du soir, on achète des bouquins et l’on télécharge les dernières applications en vogue.

On est motivé, on se met à bosser 3 heures par jour.

Malheureusement, bien souvent la cadence est difficile à suivre.

Les résultats ne sont pas à la hauteur de l’investissement.

Rapidement, d’autres obligations prennent le pas et l’on abandonne.

On échoue et l’on se dit que finalement l’anglais ce n’est pas pour nous.

On peut aussi se tromper avec le café.

La première fois, on en prend trop peu.

On attend les effets, mais rien ne vient.

Alors on en reprend le double et là c’est la catastrophe.

On se met à transpirer, on a le cœur qui palpite et l’on n’arrive plus à dormir.

On se dit alors que le café, ce n’est pas pour nous…

On peut oublier l’anglais pendant un moment, voire des années.

Mais il y a toujours un moment où il revient vers nous.

Ça peut être lors d’un voyage.

Ça peut être aussi lors d’une rencontre.

Ou ça peut être tout simplement à travers une recherche Google.

C’est pareil pour le café…

On peut se dire que ce n’est pas pour nous.

On peut même refuser d’en boire.

Mais il y a toujours un moment où l’on se laisse séduire de nouveau.

L’anglais est lui aussi difficile à résister.

On peut même se laisser retenter.

Mais cette fois, on a l’expérience de nos échecs.

On ne veut surtout pas commettre les mêmes erreurs.

Alors, on demande conseil à ceux qui ont déjà la maîtrise de cette langue.

On fait ses propres recherches et on prend en compte ses contraintes personnelles et professionnelles.

Petit à petit, on s’organise, on met en place son propre plan d’action et on apprend.

Une lueur d’espoir apparait rapidement à l’horizon.

On commence à avoir ses premières victoires.

On comprend de plus en plus et on accumule le vocabulaire.

L’anglais devient familier.

Rapidement, on ne peut plus en passer.

Il devient indispensable et on l’utilise de partout.

Au boulot, chez soi, avec ses ami(e)s et durant les voyages.

Et sans qu’on s’en rende compte, on est complètement accro !

On s’accoutume aussi rapidement au café.

À chaque nouvelle tasse, on l’aime un peu plus.

On en boit partout…

Au boulot, chez soi, avec ses ami(e)s et durant les voyages.

Jusqu’au jour où sans s’en rendre compte, on est complètement accro !

Bref…

L’anglais, c’est comme le café.

Au début, on trouve ça amer.

On a du mal à finir sa tasse.

Puis avec le temps, on apprend à l’aimer.

À la longue, il devient indispensable et on ne peut plus vivre sans.

L’anglais c’est même meilleur que le café.

Avec lui, pas de tachycardie !

Pas d’insomnie non plus.

Seulement de nouvelles expériences, de nouvelles rencontres et de nouvelles victoires.

Cet article est tiré de mes « Emails Quotidiens » . Tu peux les recevoir gratuitement dans ta boîte mail chaque matin en cliquant ICI.