Il n’a jamais été aussi facile d’apprendre en autodidacte.

Toutes les connaissances sont là, à disposition derrière un écran.

Il n’y a plus qu’à se servir.

Mais c’est plus facile à dire qu’à faire…

Apprendre seul est beaucoup plus complexe que ça en a l’air.

Il faut filtrer les informations qu’on trouve, les extraire, prendre des notes, les assimiler et les exploiter.

C’est un peu comme aller au marché.

Il y a des centaines d’aliments frais disponibles.

Tellement qu’il peut être difficile de choisir.

On peut se laisser tenter par le vendeur en train de s’essuyer le dos des mains dans son tablier.

On peut acheter des aliments dont on n’a pas vraiment besoin et qui vont moisir dans le bac du frigo.

Et l’on risque d’oublier d’acheter les aliments qui nous seraient vraiment utiles pour le bon petit plat du jour.

C’est pareil avec internet et le marché de l’information.

Il y’a énormément de connaissances disponibles.

On peut se laisser séduire par les sites et les applications bling-bling.

On peut récolter des informations et apprendre des choses qui ne nous serviront absolument jamais.

Et l’on risque d’oublier d’apprendre les choses qui nous seraient les plus utiles.

Ce problème est propre à l’apprentissage en solo.

À l’école, à l’université ou quand on suit une formation pro c’est différent.

On suit un programme d’apprentissage tout fait, validé à l’avance par un comité.

Le travail est déjà mâché et l’on sait exactement quoi apprendre et quand l’apprendre pour atteindre l’objectif fixé par le cursus éducatif.

Tu le sais comme moi…

Quand on apprend en autodidacte, c’est exactement le contraire.

Personne n’est là pour nous pousser ou pour filtrer les informations à notre place.

Personne ne nous donne un programme d’apprentissage tout fait.

C’est là que malheureusement beaucoup d’entre nous se font avoir.

Beaucoup font l’erreur d’apprendre « au feeling » sans un plan d’action défini à l’avance.

C’est compréhensible…

Ça peut paraître long et rébarbatif de se créer un programme d’apprentissage complet à chaque fois qu’on souhaite acquérir une nouvelle compétence.

Malheureusement, c’est une erreur qui peut saboter un projet d’apprentissage.

C’est risqué parce qu’il est facile de se perdre dans l’abondance d’informations disponibles.

C’est risqué parce qu’il est facile de gaspiller son temps et son énergie à apprendre des choses qui ne nous serviront jamais.

Et c’est risqué parce que ça peut nous contraindre à prendre la mauvaise direction et à abandonner notre projet d’apprentissage.

Si je n’avais qu’un seul conseil à donner pour réussir ses apprentissages en solo, ça serait le suivant :

Crée-toi un programme d’apprentissage pour chacun de tes projets d’apprentissage en solo.

Un programme simple, précis et concis qui comprend les 3 choses suivantes :

  1. L’objectif que tu souhaites atteindre,
  2. Ton programme d’apprentissage,
  3. Ton calendrier d’apprentissage.

Ça n’a l’air de rien comme ça…

Mais ça te permettra de gagner un temps considérable et d’optimiser tes apprentissages en solo.

Ça te permettra de savoir à l’avance exactement quoi apprendre, quand l’apprendre et comment l’apprendre.

Ça ne doit pas te prendre plus de 20 min à réaliser.

Je déteste la paperasse inutile.

Je m’énerve avant même de commencer une tâche administrative.

C’est pourquoi je me suis créé une template qui permet de transformer simplement et rapidement n’importe quel projet d’apprentissage en un programme d’apprentissage/Plan d’action complet.

J’ai inclus cette template dans la formation suivante :

« AUTODIDACTE : LA MÉTHODE COMPLÈTE POUR PRENDRE LES RÊNES DE SES APPRENTISSAGES, NE PAS ABANDONNER EN COURS DE ROUTE ET APPRENDRE TOUT… TOUT(E) SEUL(E). »

Tu pourras ainsi convertir chacun de tes projets d’apprentissage en solo en un programme d’apprentissage/plan d’action complet.

Ça se trouve ici dans la formation suivante :

« AUTODIDACTE : LA MÉTHODE COMPLÈTE POUR PRENDRE LES RÊNES DE SES APPRENTISSAGES, NE PAS ABANDONNER EN COURS DE ROUTE ET APPRENDRE TOUT… TOUT(E) SEUL(E). »

– François,