Seulement 1 français sur 5 parle anglais selon une étude de 2013.

Cette étude date un peu.

Les chiffres sont surement plus élevés aujourd’hui.

Mais je ne vais pas t’étonner si je te dis que l’anglais et les français, hum… ça fait deux !

Je ne pense pas que ce soit un problème de volonté comme on peut l’entendre.

C’est plutôt un problème de méthode.

Les méthodes d’anglais traditionnelles nous apprennent l’anglais à l’envers.

Oui, tu as bien lu !

Bien souvent, on apprend l’anglais à l’envers.

On va apprendre à conjuguer les temps avant même de savoir construire une phrase.

On va apprendre du vocabulaire technique avant même de savoir dire « J’apprends l’anglais ».

Et on va apprendre à prononcer l’anglais à travers des règles phonétiques plutôt qu’à travers la pratique.

Ça peut fonctionner si l’on veut devenir prof d’anglais ou expert de la grammaire.

Le problème est que ce n’est pas la méthode la plus efficace quand on souhaite comprendre et communiquer en anglais.

Apprendre l’anglais de cette manière c’est comme mémoriser une recette de cuisine et vouloir cuisiner un gâteau alors qu’on ne possède pas les ingrédients.

C’est physiquement impossible!

C’est pourquoi les résultats en anglais ne sont bien souvent pas à la hauteur des efforts.

C’est pourquoi la plupart des apprenant(e)s se démotivent très rapidement.

Et c’est sans doute une des raisons pour lesquelles aussi peu de Français parlent anglais.

Pourtant je suis persuadé que n’importe quelle personne peut maitriser l’anglais parce que ce n’est pas une langue très difficile quand on parle déjà français.

On partage même jusqu’à 60 % de notre vocabulaire.

Il faut juste éviter de ne pas apprendre l’anglais à l’envers, mais plutôt se focaliser sur l’essentiel.

C’est-à-dire ce qui donne vraiment des résultats.

Cet article est tiré de mes « Emails Quotidiens » . Tu peux les recevoir gratuitement dans ta boîte mail chaque matin en cliquant ICI.