Tu viens peut-être de te dire : « C’est quoi ce titre François » ?

Et tu as bien raison…

Tu sais déjà probablement que seulement 20 % de la masse de l’iceberg est visible.

Le reste, les 80 % sont immergés dans l’océan.

Ce phénomène est aussi présent chez certaines personnes.

Certaines personnes n’ont l’air de rien comme ça… à première vue…

Mais quand on creuse un peu on se rend compte qu’elles possèdent des compétences uniques et variées.

Elles décèlent une multitude de talents cachés.

On en connait tous…

Ça peut-être cette camarade de classe timide et discrète qui parle 3 langues et qui est capable de résoudre le moindre problème mathématique en 4 min.

Ça peut aussi être ce collègue de travail gentil et dévoué qui s’avère aussi être pompier volontaire, entraineur de l’équipe de foot local, aventurier, père de famille et guitariste dans un groupe de rock.

Les personnes iceberg sont partout.

Mais elles sont difficiles à repérer.

Là où le vantard aime faire du bruit pour qu’on le remarque.

La personne iceberg préfère rester discrète et à l’abri des projecteurs.

Elle se caractérise bien souvent par une grande humilité.

Elle aime la contemplation, la solitude et la tranquillité.

Comme l’iceberg, 80 % de sa force se trouve immergée.

Chaque jour elle cultive cette force.

L’auteur de Science fiction Robert Heinlein pensait que l’être humain devait être capable de « changer des couches, planifier une évasion, construire une maison, résoudre des équations, programmer un ordinateur, cuisiner un repas… »

Il avait l’habitude de dire que la spécialisation était pour les insectes.

Les personnes iceberg l’ont bien compris.

Elles ont compris que la spécialisation était une illusion.

Elles ont compris que la force se trouvait dans les compétences multiples et variées.

Et c’est encore plus vrai en 2020.

Aujourd’hui, les nouvelles technologies apparaissent plus vites et plus nombreuses que les tomates du jardin.

Chaque technologie créée de nouveaux besoins, de nouveau métier et de nouvelles opportunités.

Mais aussi de nouvelles inégalités…

De nouvelles inégalités se creusent entre les personnes qui savent apprendre rapidement et les autres.

Il n’a jamais été aussi nécessaire qu’aujourd’hui de cumuler les compétences et les savoir-faire multiples.

Mais attention…

L’objectif n’est pas de collectionner les compétences.

L’idée est plutôt de prendre exemple sur l’iceberg.

C’est-à-dire s’enrichir de compétences utiles et pertinentes.

C’est-à-dire trouver un équilibre pour se maintenir hors de l’eau aujourd’hui comme demain.
Cet article est tiré de mes « Emails Quotidiens » . Tu peux les recevoir gratuitement dans ta boîte mail chaque matin en cliquant ICI.